EXPRESSION LIBRE

Liberté d'expression, SUD RADIO va-t-elle trop loin ?

 

Le lancement de la nouvelle émission de libre antenne de Sud Radio, animée par Robert Ménard, une émission dont l'anti politiquement correct allait être la ligne directrice. Totale liberté d'expression pour les auditeurs, no limit ! Mais déjà la polémique éclate, suite à des propos très tendancieux tenus par certains auditeurs, au sujet de Dominique Strauss-Kahn. Un auditeur décomplexé lance que DSK est "soutenu par les juifs", ce à quoi Robert Ménard réagit immédiatement, sentant venir la possible dérive antisémite...
Mais c'est dans l'autre émission de libre antenne de la station, celle qu'animent Michel Cardoze et Eric Mazet, que le sujet rebondit. Mazet juge utile de revenir sur les propos tendancieux de l'auditeur et va même inciter à plusieurs reprises ses propres auditeurs à rebondir sur ce dérapage, "Si vous pensez que DSK est soutenu par les juifs, appelez au 36 28″, répète-t-il....
La suite est prévisible : malgré la réprobation de Michel Cardoze, qui juge que ça va trop loin, et qui n'est bizarrement pas du tout sur la même longueur d'ondes que son collègue, les auditeurs se lâchent sur les conseils de Mazet, qui veut que les gens disent sans tabou ce qu'ils pensent.

==
Alors au final, où placer la limite à la liberté d'expression dans les médias ? Faut-il filtrer à mort. J'aurais tendance à penser qu'il ne faut pas brider la parole, mais qu'il faut aussi "éduquer" cette parole, dans le dialogue, la dialectique, entre les gens, mais aussi avec un modérateur réputé pour sa sagesse, sa capacité à pacifier les échanges.
"La Confédération des juifs de France ( la LICRA ) a saisi le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) au sujet de propos "antisémites" d'auditeurs de Radio Sud


Pascal Bataille était, le 31 août, l'invité de Jean-Marc Morandini sur Direct 8
==

Sud Radio Robert Ménard compte "poursuivre la liberté d'expression"


Robert Ménard aurait-il tout compris quand aux attentes des français ? " Si aujourd'hui la moitié des français n'ont pas confiance dans tous les médias.., à la radio, à la télévision, la presse écrite, c'est pas pour rien. Ils ont le sentiment que ces médias sont coupés d'eux. Ils ont le sentiment que nous les journalistes ont fait partie de l'élite, vous savez comme les juges, les avocats ou les hommes politiques. Ça, c'est le problème de la démocratie par ce qu'ils constatent que leurs façons de parler, leurs soucis, leurs hantises, leurs craintes, même si elles sont démesurées, mal placées, mal formulées, elles n'ont pas lieu, elles ne peuvent pas s'exprimer dans les médias."

Dans un plaidoyer voltairien pour la défense des libertés, notre orateur stipule : " la seule chose qui m'importe c'est défendre ici une démocratie auquelle je suis attachée, la démocratie française. Et je pense, même si ça vous choque, que ce que l'on fait à Sud radio, c'est une oeuvre de salubrité publique. On devrait nous récompenser en disant "enfin il y a des gens qui donnent la parole au peuple que les journalistes n'aiment pas "...."


07/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour